Rechercher
 
Fermer

Réseaux sociaux
brèv@gir
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
W5npFn
Recopier le code :
Qui sommes nous ?

Adhérer

Jurisprudence

Revue de presse

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Nouvelles

CFE-CGC : Carole Couvert est officiellement candidate à la présidence
confédérale pour remettre le syndicat « au service des salariés »


« Le conseil national de ma fédération [la CFE-Energies] me donne mandat pour mener une liste
au congrès confédéral de fin avril 2013 », déclare Carole Couvert, mercredi 13 décembre 2012.
L'actuelle secrétaire générale de la confédération officialise donc sa candidature à la présidence
confédérale, avec le soutien d'une dizaine de fédérations (1) qui représentent « plus de 50 % des
adhérents ». « C'est une candidature d'espoir et de rassemblement », avance Carole Couvert,
souhaitant « tendre la main » aux fédérations manquantes comme la Métallurgie, la Chimie,
l'Agroalimentaire ou la Construction. « L'objectif est de remettre la CFE-CGC au service des salariés
de l'encadrement et des agents des trois fonctions publiques et non plus à des fins de quelques
intérêts individuels et personnels », explique la candidate, entouré des représentants des fédérations
qui la soutiennent. « Ce n'est pas la candidature d'une personne mais d'un collectif », souligne-t-elle.

« On a espéré avoir un champion [avec Bernard van Craeynest, actuel président confédéral], mais
quand on regarde le bilan, on ne voit que des Waterloo et aucune victoire : On a perdu l'Agirc, on
a perdu la CNAV, on devait avoir une réforme pour s'ouvrir à d'autres syndicats, on ne l'a pas eue…
Il faut que l'on change de champion », explique René Roche, président de la Fnecs (Fédération
nationale de l'encadrement du commerce et des services). Cette candidature de Carole Couvert
devrait selon toute vraisemblance concurrencer celle de Bernard van Craeynest qui, s'il est mandaté
par sa fédération de la métallurgie, pourrait se présenter pour un ultime mandat de président
confédéral.

« REDONNER SA PLACE À LA CFE-CGC »

« Il faut redonner toute sa place à la CFE-CGC sur les scènes économiques, sociales et médiatiques. Il
faut prendre des décisions claires et tranchées et anticiper plutôt qu'être dans la réaction », reprend
Carole Couvert. Pour l'heure, il n'est pas question de programme pour la confédération, mais d'une
logique de rassemblement des fédérations. « Il faut une équipe qui tire dans le même sens », assure-
t-elle.

« Nous sommes à un moment charnière de la vie confédérale »,analyse Régis Dos Santos, président
du SNB (Syndicat national de la banque et du crédit). « Il y a un canal historique avec le président
confédéral et une partie du bureau national qui ne veut pas que cela bouge. Or, la loi du 20 août
2008 fait que le centre de gravité est maintenant le délégué syndical dans l'entreprise et non plus
la tête confédérale. Cela nécessite un changement de notre mode de fonctionnement et que la
confédération se mette au service des militants sur le terrain. Aller serrer la main d'un ministre, ce
n'est plus la base du boulot confédéral », insiste-t-il. « Si les fédérations se sont réunies, c'est parce
que nous avons changé d'époque et qu'il faut travailler et penser autrement », souligne Jean-Claude
Delage, vice-président de la fédération des Services publics. « Il faut passer d'une confédération de
représentation à une confédération de militants », abonde Carole Couvert.

« MAIN TENDUE » À LA MÉTALLURGIE »

Pour l'actuelle secrétaire générale, cette candidature soutenue par l'actuel trésorier confédéral,
Jean-Frédéric Dreyfus, est « la suite de l'assemblée générale extraordinaire » de mardi 11 décembre
qui a vu l'adoption à près de 97 % des nouveaux statuts de la confédération. « C'est un collectif,
une candidature avec la main tendue aux autres fédérations, notamment celle de la métallurgie [la
plus importante en nombre d'adhérents], pour travailler de concert, à un programme au service
des salariés », assure-t-elle. « Pour le bienfait de l'organisation, il faut être sur une logique de liste
unitaire et qu'il n'y ait pas de scission dans la confédération », conclut Carole Couvert.

(1) Dont la Banque, l'Assurance, l'Énergie, la Fonction publique, les Commerce et services, la Culture-
communication-spectacles, la Fieci (branche Syntec), l'Inova (Hôtellerie-restauration), le Crédit
agricole et les Transports.


Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Les syndicats de la FNECS

Syndicat National de l'Encadrement du Commerce

Syndicat National de l'Encadrement des Services
Le SNEC regroupe l'ameublement, l'audio-visuel et équipement ménager, le bricolage, la chaussure, le commerce de détail non alimentaire, le commerce de gros, les grands magasins, l'habillement, l'import-export, le négoce du bois et la vente à distance, ... Le SNES regroupe les prestataires de services, la propreté, les services funéraires, la sécurité, le tourisme et le travail temporaire, les professions libérales, la coiffure, ...

Détail des conventions collectives attachées à chaque syndicat