Rechercher
 
Fermer

Réseaux sociaux
brèv@gir
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
6RzK5z
Recopier le code :
Qui sommes nous ?

Adhérer

Jurisprudence

 ↑  
Revue de presse

Du meilleur, du moins bon et du pire

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Nouvelles

Le patronat avait promis d'ouvrir le dimanche uniquement les magasins où l'ouverture avait déjà été constatée, soit un total de 178 établissements des enseignes Brico Dépôt, Bricomarché, Bricorama-Batkor, Castorama, Leroy-Merlin, Les Briconautes, Mr Bricolage et Weldom.

Bertrand Guay

Un projet d'accord sur les contreparties au travail dominical dans le secteur du bricolage a été proposé lundi aux syndicats. Celui-ci est intervenu à l'issue d'une troisième journée de négociation sur les compensations pour les salariés des enseignes qui peuvent ouvrir désormais le dimanche. Le patronat du secteur a donné aux syndicats jusqu'à jeudi midi pour signer ou pas.

 En fin d'après-midi, deux syndicats, la CFDT et la CFE-CGC, étaient «favorables» à ce texte. La CFTC, dont la signature est indispensable pour le valider, faisait état d'«avancées», mais ne voulait pas apporter de réponses avant d'avoir consulté «ses sections syndicales». Le syndicat, fervent défenseur du repos dominical, est à l'origine de nombreuses procédures contre l'ouverture des magasins.

«Nous avons obtenu des garanties supplémentaires sur le volontariat et aussi que la liste des magasins soit jointe à l'accord. Des avancées ont également été obtenues en matière de formation», a souligné Patrick Ertz, président de la fédération CFTC du commerce.

Les syndicats contre la généralisation du travail dominical

Depuis le 1er janvier, les magasins de bricolage sont autorisés par décret à déroger au repos dominical jusqu'au 1er juillet 2015, dans l'attente d'une nouvelle loi encadrant le travail dominical. Pour obtenir le décret, le patronat avait promis d'ouvrir le dimanche uniquement les magasins où l'ouverture avait déjà été constatée, soit un total de 178 établissements des enseignes Brico Dépôt, Bricomarché, Bricorama-Batkor, Castorama, Leroy-Merlin, Les Briconautes, Mr Bricolage et Weldom.

 En échange, le gouvernement avait donné deux jours à la fédération des magasins de bricolage (FMB) pour négocier un accord avec les syndicats. Ces deux jours n'ayant pas suffi, tous se sont retrouvés au ministère du Travail lundi.

 Pour qu'un accord soit validé, il doit être signé par des syndicats réalisant 30% des voix et que des syndicats réalisant 50% ne s'y opposent pas.

 La CGT (26,94%) et FO (19,96%) ont déjà prévenu qu'ils ne signeraient pas.  Restent la CFTC (24,84%) et la CFDT (24,26%), qui doivent toutes deux signer pour entériner un accord.

Volontariat, doublement au minimum de la rémunération...

 La FMB, qui regroupe la plupart des grandes enseignes du secteur, propose plusieurs garanties pour les salariés : volontariat, doublement au minimum de la rémunération, attribution d'un repos compensateur, engagements en termes d'emploi et d'accès à la formation.

 Tous opposés à l'ouverture des magasins le dimanche, les syndicats ont déploré avoir été mis devant le fait accompli par le gouvernement qui a publié son décret le 31 décembre, sans qu'il soit subordonné à un accord collectif, comme préconisé par le rapport Bailly. Par ailleurs, des recours ont été déposés vendredi auprès du Conseil d'Etat notamment par les fédérations du commerce FO, CGT, et SUD pour demander l'annulation du décret autorisant les magasins de bricolage à déroger provisoirement au repos dominical.

Lire la suite Lire la suite

Le patronat avait promis d'ouvrir le dimanche uniquement les magasins où l'ouverture avait déjà été constatée, soit un total de 178 établissements des enseignes Brico Dépôt, Bricomarché, Bricorama-Batkor, Castorama, Leroy-Merlin, Les Briconautes, Mr Bricolage et Weldom.

Bertrand Guay

Un projet d'accord sur les contreparties au travail dominical dans le secteur du bricolage a été proposé lundi aux syndicats. Celui-ci est intervenu à l'issue d'une troisième journée de négociation sur les compensations pour les salariés des enseignes qui peuvent ouvrir désormais le dimanche. Le patronat du secteur a donné aux syndicats jusqu'à jeudi midi pour signer ou pas.

 En fin d'après-midi, deux syndicats, la CFDT et la CFE-CGC, étaient «favorables» à ce texte. La CFTC, dont la signature est indispensable pour le valider, faisait état d'«avancées», mais ne voulait pas apporter de réponses avant d'avoir consulté «ses sections syndicales». Le syndicat, fervent défenseur du repos dominical, est à l'origine de nombreuses procédures contre l'ouverture des magasins.

«Nous avons obtenu des garanties supplémentaires sur le volontariat et aussi que la liste des magasins soit jointe à l'accord. Des avancées ont également été obtenues en matière de formation», a souligné Patrick Ertz, président de la fédération CFTC du commerce.

Les syndicats contre la généralisation du travail dominical

Depuis le 1er janvier, les magasins de bricolage sont autorisés par décret à déroger au repos dominical jusqu'au 1er juillet 2015, dans l'attente d'une nouvelle loi encadrant le travail dominical. Pour obtenir le décret, le patronat avait promis d'ouvrir le dimanche uniquement les magasins où l'ouverture avait déjà été constatée, soit un total de 178 établissements des enseignes Brico Dépôt, Bricomarché, Bricorama-Batkor, Castorama, Leroy-Merlin, Les Briconautes, Mr Bricolage et Weldom.

 En échange, le gouvernement avait donné deux jours à la fédération des magasins de bricolage (FMB) pour négocier un accord avec les syndicats. Ces deux jours n'ayant pas suffi, tous se sont retrouvés au ministère du Travail lundi.

 Pour qu'un accord soit validé, il doit être signé par des syndicats réalisant 30% des voix et que des syndicats réalisant 50% ne s'y opposent pas.

 La CGT (26,94%) et FO (19,96%) ont déjà prévenu qu'ils ne signeraient pas.  Restent la CFTC (24,84%) et la CFDT (24,26%), qui doivent toutes deux signer pour entériner un accord.

Volontariat, doublement au minimum de la rémunération...

 La FMB, qui regroupe la plupart des grandes enseignes du secteur, propose plusieurs garanties pour les salariés : volontariat, doublement au minimum de la rémunération, attribution d'un repos compensateur, engagements en termes d'emploi et d'accès à la formation.

 Tous opposés à l'ouverture des magasins le dimanche, les syndicats ont déploré avoir été mis devant le fait accompli par le gouvernement qui a publié son décret le 31 décembre, sans qu'il soit subordonné à un accord collectif, comme préconisé par le rapport Bailly. Par ailleurs, des recours ont été déposés vendredi auprès du Conseil d'Etat notamment par les fédérations du commerce FO, CGT, et SUD pour demander l'annulation du décret autorisant les magasins de bricolage à déroger provisoirement au repos dominical.

Fermer Fermer


Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Les syndicats de la FNECS

Syndicat National de l'Encadrement du Commerce

Syndicat National de l'Encadrement des Services
Le SNEC regroupe l'ameublement, l'audio-visuel et équipement ménager, le bricolage, la chaussure, le commerce de détail non alimentaire, le commerce de gros, les grands magasins, l'habillement, l'import-export, le négoce du bois et la vente à distance, ... Le SNES regroupe les prestataires de services, la propreté, les services funéraires, la sécurité, le tourisme et le travail temporaire, les professions libérales, la coiffure, ...

Détail des conventions collectives attachées à chaque syndicat