Rechercher
 
Fermer

Réseaux sociaux
brèv@gir
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
HahHK
Recopier le code :
Qui sommes nous ?

Adhérer

Jurisprudence

 ↑  
Revue de presse

Du meilleur, du moins bon et du pire

 ↑  
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Nouvelles

bandeauconf.png

Loin de rassurer la CFE-CGC, la séance de négociation qui s'achève n'a pas permis d'avancer d'un pouce vers un dialogue social modernisé.

Comment imaginer que la CFE-CGC puisse accepter de réduire la représentation des salariés dans l'entreprise à un simple Conseil d'entreprise constitué uniquement sur la base d'un référendum. Où est dès lors, la responsabilité sociétale de l'entreprise d'assurer une gouvernance forte et un dialogue social loyal et de qualité nécessaire

à la compétitivité partagée, gage de croissance?

Comment imaginer des formes dérogatoires de négociation adaptées à l'entreprise si le socle social de la loi est bradé, les sécurités minimales normatives pour les salaries évanouies et le rôle des branches réduit à sa plus simple expression?

Si la CFE-CGC s'est insurgée contre tout risque d'inversion de la hiérarchie des normes, c'est qu’elle estime qu'avant de repenser l'efficacité des Instances du personnel, les règles claires des fondements du fait syndical comme du rôle des Organisations Syndicales doivent être réaffirmées. La CFE-CGC est prête à simplifier le dialogue social, s’il y a avant tout le respect de cette hiérarchie et une véritable reconnaissance des parcours des militants syndicaux.

Alors, un texte martyr inacceptable pour la CFE-CGC était il nécessaire?

Mais le patronat vacille et ne rompt pas. Si la négociation échoue, ce ne sera pas du fait de la CFE-CGC mais bien à cause des provocations patronales.

Quand acceptera t-il de changer de paradigme et voir enfin le dialogue social comme une richesse et non comme une part de " SON COÛT DU TRAVAIL "?

Seul un nouveau texte pourra sauver cette négociation. La CFE-CGC en appelle donc au bon sens et à une véritable négociation dans le respect des différentes parties et non dans la logique actuelle patronale de mise à mort du dialogue social !

Lire la suite Lire la suite

bandeauconf.png

Loin de rassurer la CFE-CGC, la séance de négociation qui s'achève n'a pas permis d'avancer d'un pouce vers un dialogue social modernisé.

Comment imaginer que la CFE-CGC puisse accepter de réduire la représentation des salariés dans l'entreprise à un simple Conseil d'entreprise constitué uniquement sur la base d'un référendum. Où est dès lors, la responsabilité sociétale de l'entreprise d'assurer une gouvernance forte et un dialogue social loyal et de qualité nécessaire

à la compétitivité partagée, gage de croissance?

Comment imaginer des formes dérogatoires de négociation adaptées à l'entreprise si le socle social de la loi est bradé, les sécurités minimales normatives pour les salaries évanouies et le rôle des branches réduit à sa plus simple expression?

Si la CFE-CGC s'est insurgée contre tout risque d'inversion de la hiérarchie des normes, c'est qu’elle estime qu'avant de repenser l'efficacité des Instances du personnel, les règles claires des fondements du fait syndical comme du rôle des Organisations Syndicales doivent être réaffirmées. La CFE-CGC est prête à simplifier le dialogue social, s’il y a avant tout le respect de cette hiérarchie et une véritable reconnaissance des parcours des militants syndicaux.

Alors, un texte martyr inacceptable pour la CFE-CGC était il nécessaire?

Mais le patronat vacille et ne rompt pas. Si la négociation échoue, ce ne sera pas du fait de la CFE-CGC mais bien à cause des provocations patronales.

Quand acceptera t-il de changer de paradigme et voir enfin le dialogue social comme une richesse et non comme une part de " SON COÛT DU TRAVAIL "?

Seul un nouveau texte pourra sauver cette négociation. La CFE-CGC en appelle donc au bon sens et à une véritable négociation dans le respect des différentes parties et non dans la logique actuelle patronale de mise à mort du dialogue social !

Fermer Fermer


Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Les syndicats de la FNECS

Syndicat National de l'Encadrement du Commerce

Syndicat National de l'Encadrement des Services
Le SNEC regroupe l'ameublement, l'audio-visuel et équipement ménager, le bricolage, la chaussure, le commerce de détail non alimentaire, le commerce de gros, les grands magasins, l'habillement, l'import-export, le négoce du bois et la vente à distance, ... Le SNES regroupe les prestataires de services, la propreté, les services funéraires, la sécurité, le tourisme et le travail temporaire, les professions libérales, la coiffure, ...

Détail des conventions collectives attachées à chaque syndicat